presse

Le verre dans tout ses états.

journal de Québec 1998

par Marie-France Bornais

Spécialiste du vitrail et de la gravure au jet de sable, l’artisan de Québec s’est mis à intégrer le verre dans l’aménagement intérieur. Grâce à lui,les murs séparateurs, les verres de porte et les structures autoportantes ont changé d,air et découvert une luminosité nouvelle, personnelle. Les clients, magiquement deviennent alors des initiés.

”Les murs séparateurs en verre gravé peuvent créer plus d’intimité dans les maisons à airs ouvertes et peuvent ajouter de la luminosité aux pièces trop sombres” explique M. Bélanger, qui crée pour ses clients des projets personnalisés à partir de 25$ le pied carré. Avant de leur proposer un projet, il prend le temps d’explorer leurs goûts, leurs voyages , leurs préférences artistiques. ” J’ai gravé un pin blanc pour un client qui avait fait son doctorat sur le sujet. C’était spécialement pour lui”, donne-t-il comme exemple.

Avec le thermoformage, l’optique du verre se défait. ”Ce n’est pas opaque, mais ça bloque l’image. C’est une technique beaucoup plus près de la tendance tribale et ethnique actuelle”précise-t-il. Les institutions, les commerces et les particulier ont adopté son style unique.

Et c’est précisément dans cette technique que l’artiste se révèle.” Mon travail devint celui d’un chaman. J’introduis une partie mystique dans l’oeuvre, un détail qui a un sens caché, un code secret, pour que les gens sentent que leur oeuvre évolue sans cesse.”

Ses créations à tendance animiste font fusionner plusieurs épaisseurs de verre.

Elles adoptent l’empreinte d’un moulage où se retrouvent, au gré de son inspiration, des formes animales, des mouches géantes, des libelules, des papillons, des carapaces de tortues, des coquillages, des fossiles, mais aussi des formes de prises de courant ou de clefs à mollette.

Curieux, Jean Bélanger a aussi exploré d’autres techniques, comme le verre soufflé vénitien. Après plusieurs semaines d’essais infructueux, il a fini par maîtriser la technique et créer des gobelets à pied de dragon. On se croirait à Venise au XVIIe siècle. La coupe à vin (125$)a le poids d’un stylo.

Et pour les coriaces, dit-t-il, l’artiste peut mélanger les techniques. Souffler le verre et le graver au jet de sable.

Le thermoformer et le colorer. ”Mes seules limites sont celles du matériau.”

On peut en savoir plus en se rendant à son atelier du 515-A, rue de l’éperon, à Québec.

journal de Québec 1998

par Marie-France Bornais

 

Couverture de presse de mon travail depuis 1989.

soleil1989journaldequebec1998 soleil1997 soleil2002

L’homme de verre

par Michel Bois

journal Le soleil 2002

Designers et architectes recourent aujourd’hui au verre pour ses qualités de transparence et de dureté afin d’ajouter cette touche particulière un peu partout dans la maison. Jean Bélanger appartient également à cette nouvelle génération de créateurs qui investit et revendiquent l’accès à de nouveaux matériaux. Son atelier, Verrerie Coquelicot est le lieu d’une nouvelle création en verre à Québec qui trouve là le terrain des expérimentations les plus sublimes.

Depuis plus de 17 ans, Jean Bélanger explore la matérialité du verre, y grave des animaux, des insectes, des fleurs, des abstractions, des dessins d,inspiration bouddhiste et taöiste. Il colore et transforme ce matériau. Moine zen et artiste dans l’âme, Bélanger a trouvé le salut de sa création quand il a découvert que le verre texturé déformait la perception de la réalité. ‘’ Une réalitédéterminant notre réalité subjective; le verre rxprime sa sensibilité par la lumière, la transparence et la brillance’’, soutient-il.

Sa démarche est singulière , poétique avant tout et très  étroitement mêlée à une vision spirituelle. Mais aussi à des principes d’aménagement intérieur de base.” Les paravents, les cloisons et les murs séparateurs en verre peuvent créer une ambiance particulière dans la maison, et un sentiment d’intimité dans les aires ouvertes et les lofts en ajoutant de la luminosité aux pièces trop sombres. Contrairement aux productions en série, précise-t-il, mes pièces sont unique, puisqu’elles sont conçues en fonction de l’espace et des désirs des gens qui me commandes une oeuvre.’’Comme les panneaux de verre font en moyenne un mètre sur deux et que leur luminositévarietout au long des heures du jour, l’utilisation du verre thermoformé( révélant les secrets d’un dessin gravé unique en son sein) , se doit d’être vue comme l’ajout d’un oeuvre d’art dans la maison.Mais là ne s’arrête pas la créativité de Bélanger. Meubles d’ordinateur, bancs,tables de salle à manger( absolument délirantes) , étagères, fontaines et quoi encore, établissent le parcours de sa création depuis qu’il exploite les possibilité multiples du verre thermoformé.

Ce verre permet de réaliser des palques sculpturales de grand formats, de formes, d’épaisseurs et de textures variées. Le verre est fondu à environ 800 degré Celsius sur un lit de plâtre sur lequel l’artiste grave des empreintes. Une oprération complexe où temps, savoir, adresse technique et capacité d’improvisation sont mis à contribution. Par la suite, les moules seront détruit pour préserver l’exclusivité de la pièce créée.

En moyenne , une cloison de mur coûtera entre 1200$ et 1400$, 2500$ pour une table de salle à manger avec patte en fer forgé, 800$ pour une table d’ordin ateur, 350$ pour un banc d’entrée. Le prix , évidemment, est fonction des désirs de l’acheteur et des dimensions demandées.

Jean Bélanger est à affiner le vocabulaire de sa création. En s’atomisant, l’exploration du verre n’a jamais paru aussi large, tout en s’offrant avec la promesse et la fantaisie que l’on est en droit d’attendre d’un univers qui ne demande qu’à naître. C’est des gens de la trempe de Jean Bélanger que viendra le renouveau des techniques du verre. On soupçonne déjà l’étendue de l’expression en devenir.

Share This: